Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 17:08

Fête de la bière du 31 mars 2008

Une nouvelle dégustation Historique a réuni une nouvelle fois les membres de la Confrérie. Pour la première fois notre Confrérie n’hésitait pas à prendre une double perspective historique en bafouant sa prédilection habituelle pour le vin. Souhaitons que cette fête ne soit pas, pour le vin, une mise en bière !

 


La salle était comble pour remonter l’histoire à l’époque de la cervoise où les romains n’avaient pas encore dominé la Gaulle.

C’est au couple Botasso que revenait l’organisation de cette soirée. Ils avaient en effet la redoutable tâche de nous expliquer les usages gastronomiques gaulois et de nous faire partager un excellent repas.

Yves Botasso aux fourneaux avait confectionné un repas typique de l’époque gauloise. Sa compagne au fil de la soirée nous donnait les indications indispensables sur les habitudes de l’époque. Les convives participaient à la joie générale en revêtant des parures de lierre sur leur tête.


Bière à profusion et repas de gala

Nous étions invités tour à tour à déguster des bières de toutes les couleurs : blanche, brune, blonde, rousse. Simultanément une description des composantes de la bière nous était fournie ainsi que les modalités de sa fermentation. Le malt, le sucre et le houblon savamment mêlés donnent un breuvage à l’amertume contrôlée. Les amateurs trouvant par la suite un cheminement selon qu’ils préfèrent des bières douces à l’amertume contrôlée ou qu’ils optent pour des structures plus solides et plus puissantes en entonnant des brunes ou des rousses.

 





L’ambiance était festive grâce à un succulent repas où le cochon avait supplanté le sanglier d’Obélix. Les amateurs de blagues gauloises, pous ne pas dire de gauloiseries, furent comblés par nos bardes coutumiers.

 

 

L'abus d'alcool est surtout dangereux pour les cheveux  !!


Menu du repas gaulois
Soupe d'herbes sauvages (orties, bourrache, pulmonaire)
Estouffade d'échine de porc à la bière et aux chanterelles
servie avec des panais au four et une galette de châtaignes et glands
Cantal AOC grand crû
Vieille fourme façon bonne femmeSalade de roquette et cerfeuil à l'huile de noix
Lait caillé au miel et noix
Avec pain au seigle ,avoine, orge et graines de lin
 
 
La recette du Porc à la  Gauloise  (4 pers)
 
1 pied de veau  coupé en deux (ou 4 de porc coupés en 2)
1 kg échine
50 g Chanterelles  séchées  (si fraiches: 200g)
1 oignon
1 poireau
1 cuillère de miel
1 cuil. soupe poudre du loup  (au retour Venise, Sylvaine donne recette)
 1 canette de bière blonde,
1 canette bière brune (nous avons pris Kronenbourg et Pelfort pour la brune)
 
Tremper 3 heures le pied dans eau froide, le rincer, recouvrir largement d'eau de nouveau puis le cuire avec un peu de sel et un oignon et laisser réduire de manière à avoir un bon fond
 
Faire revenir l'échine en morceaux avec un peu de saindoux
Faire fondre le poireau coupé fin à part puis l'ajouter à la viande.
Verser les canettes de bière tièdies puis le fond de veau de façon à couvrir la viande.
Feux très doux 25 minutes.
Laisser refroidir.
 
Le lendemain retirer les morceaux de porc (jusqu'à 48 heures au frais)
Mettre chanterelles poudre du loup et miel dans la sauce avec en plus le pied de veau laisser réduire
puis remettre les morceaux d'échine.
Arrêter cuisson
Laisser refroidir
 
Servir le lendemain

Les panais: les éplucher, couper en 4, ôter éventuellement les parties fibreuses au centre.
Les mettre 10 minutes dans eau bouillante salée
puis au four chaud jusqu'à ce qu'ils soit dorés, couverts d'une belle feuille de saindoux
 
La galette: 250 G de farine de chataigne (50 G farine de gland facultatif)
Verser d'un coup dans eau bouillante salée et tourner comme pour une polenta.
Quand la boule se forme, arrêter le feu, couvrir la casserole. Laisser reposer 15 minutes
puis verser sur un torchon fariné, rouler  en cylindre.
Laisser au frais de 24 à 48 H
 
Couper tranches 1 cm et faire revenir dans saindoux ou graisse d'oie
Bien dorer
 
Bon appétit les amis

L’Abus d’Alcool est dangereux pour
la Santé A consommer avec Modération


 Guy Muller

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 23:33
DEGUSTATION du 25 février 2008
 
Vins de Bordeaux du millésime 1999

P2250862.JPG
La dégustation du jour est animée par Philippe Fournery et Jean Pallanca. Une présentation du vignoble du bordelais permet de situer les diverses appellations et leur répartition régionale. Une carte dessinée au tableau décrit les implantations et la répartition des vignobles qui s’étagent tout au long de la Garonne et de la Gironde.
Le millésime 1999 avait été décrié en son temps au moment des premières dégustations. Or ce millésime a connu un retour en grâce par la suite offrant aux amateurs la possibilité de réaliser de très bonnes affaires. C’est pour démontrer cet aspect des choses et avec des vins dégageant des arômes secondaires (après cinq ans) que les organisateurs de la dégustation du jour passent enfin aux choses sérieuses.
 

P2250849.JPG
 
Rouge Cote de Montpezet-Côte de Castillon-vignoble Bessineau
De couleur rouge rubis, le nez est sous-bois, champignons et vanillé. L’attaque est très tannique avec des arômes de fruits rouges et des notes de café. Nous notons sa longueur.
 
Rouge-Château Meyney- Saint Estèphe-12,5°
La robe est de couleur rouge rubis avec des reflets violets. Le nez est marqué de baies rouges, myrtilles et cassis, avec des notes épicées. L’attaque est ronde, poivrée marquée par des baies rouges.
 
Rouge-Château Lafont Rochet-Saint Estèphe-grand cru classé-13°
Ce château est 4ème au classement des grands crus. De robe rubis avec des reflets violets. Il dégage une grande complexité aromatique. Nous avons noté des arômes de fruits rouges : cassis et cerise, des arômes secondaires de sous-bois. La bouche est pleine de fruits rouges avec des notes cacaotées. Vin de plaisir bien équilibré avec une belle longueur.
 
Rouge Château Sarget de Gruaud Larose-Saint Julien-12,5°
Ce vin est le deuxième vin du Château de Gruaud Larose. De couleur rouge presque noir, il dégage des arômes de mûres et de cassis. En bouche sa rondeur est agréable avec des tanins souples. Ce vin est très élégant, fin et gourmand.
 
Château La Tour Carnet-Grand cru classé- Haut Médoc-12,5°
De couleur rouge grenat foncé, il est très fruits rouges avec des notes de griotte, il est aussi épicé et cacaoté. En bouche les aspects olfactifs sont confirmés avec une suavité parfaite, des tanins soyeux, un grand équilibre. Sa longueur est belle. 


P2250859.JPG


P2250861.JPG
 
Au cours de la dégustation une assiette de charcuterie, suivie de fromages et d’un dessert accompagne les vins. Nos popotiers habituels confirment leurs excellentes qualités car leur choix culinaire offre un parfait accompagnement aux bouteilles ouvertes ce soir là.


Guy Muller
 
 
Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
27 janvier 2008 7 27 /01 /janvier /2008 14:40
Assemblée Générale du 26 janvier 2008
 
Au restaurant Le Marbella
 
Que dire d’une assemblée générale d’association ? On vote un rapport financier, un rapport moral et l’on parle des projets. 

Saluons la réélection au conseil d'administration de la Confrérie de Mesdames Monique Pallanca et JosianeTricotti, ainsi que celle de Monsieur Bernard Franco. 
Les nouveaus membres élus sont : Madame Betty Lottier, Messieurs Francis Souppart et Antoine Zucchelli. Bienvenue à tous !
 
Les amateurs de photos ne souhaitent pas attendre plus longtemps leur publication !!

undefined

P1260369.JPG
 
L’accueil de Monsieur Guibal
Mais c’est dans une véritable ambiance festive que venait prendre place Monsieur Guibal le Député Maire de Menton sur l’estrade. Il retraçait avec humour ses activités pendant la période de fêtes qui s’achève. Notre invité d’honneur disait son attachement aux associations qui tissent un important réseau relationnel entre ses concitoyens. Il déclarait qu’il était impossible à Menton de vivre seul, tant les nombreuses associations proposent des activités variées. La ville de Menton a choisi de se centrer sur ce qu’elle sait faire de mieux en développant tous les aspects de la qualité de vie. L’atout climatique était évoqué avec un regard confiant et optimiste sur la belle vie qui nous est offerte. Trop souvent nous sommes entraînés à critiquer et à ignorer les richesses qui sont sous notre regard. Beautés des sites, des immeubles, des arbres et de leur feuillage, dorés au couchant par le soleil. En dépit d’une vie souvent stressante, il faut savoir s’attarder et utiliser le regard pour embrasser ce qui est le plus déterminant pour nos existences.


P1260376.JPG
 
Place aux photos
C’est donc pour poursuivre dans la ligne de conduite préconisée par Monsieur Guibal que la Présidente de la Confrérie lui répondait en soulignant les activités de l’année passée : visites, présences diverses lors d’importantes manifestations : Roquebrune sur Argens, Fêtes du Pian, de la Transhumance. Elle rappelait certaines visites des amis de Suisse et des amis de Baden Baden. Etaient évoquées les rénovations de l’Annonciade et les futures plantations de ceps pour remplacer les lignes détruites par l’effondrement d’un mur. Enfin la création d’un blog de plus en plus visité était mis en exergue comme preuve du dynamisme de notre association. Elyane Franco souhaitait aussi pouvoir disposer d’une salle de réunion pour les dégustations et réceptions diverses. Enfin elle annonçait divers objectifs pour l’année 2008, dont la célébration de la vingtième année d’existence de la Confrérie.
 
P1260363.JPG
 

undefined

undefined 

undefined

undefinedundefined

 

 

undefinedP1270418.JPGP1260365.JPG

Que l'année 2008 soit une belle année de progrès et de découvertes pour notre confrérie !


Guy Muller, webmaster

Repost 0
Published by G. Muller - dans Editorial
commenter cet article
19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 15:02
Dégustation du 17 décembre 2007 
 
IMG-2828-copie-1.JPG
La Bastide Neuve
Vin de Provence de la Vallée intérieure
 
Ce domaine, situé au Cannet des Maures a été acheté par Nicole et Hugo Wiestner en 1988. La dégustation a débuté avec l’aide des nombreuses démonstrations données par Richard Pace, régisseur du Domaine. Les 17 hectares exploités sur les 27 possédés par le domaine produisent :
-          5% de blancs issus du cépage Rolle,
-          35% de rouges issus de cépages syrah, mourvèdre, cabernet sauvignon, cinsault,
-          60% de rosés issus de grenache, tibouren et cinsault.
Le terroir est issu de l’érosion du massif des Maures et composé de terres de grès.
En 2001 l’achat du Clos des Muraires a élargi la gamme de production du Domaine en apportant 10 hectares d’un sol argilo-calcaire très caillouteux.
 
Son œnologue est Jérome Paquette qui a souhaité modérer l’utilisation du bois pour les rouges en introduisant la pratiques des Boutes. Il s’agit de fûts d’une contenance de 600 litres qui ont remplacé les fûts de 225 litres. Ces fûts réduisent donc l’apport du bois en renforçant la typicité des cépages utilisés pour produire les rouges.
 
La confrérie a l’intention d’organiser au printemps 2008 une sortie dans ce domaine et nous aurons donc l’occasion de compléter nos informations de ce jour par  l’adjonction de belles images. 

IMG-2829.JPG
 
La dégustation est animée par Jean Pierre Rous et Philippe Fournery.
    
 
Blanc 2006 La bastide neuve-Fleur de Rolle-12,5°
De couleur or blanc, limpide cette production est composée à 100% de Rolle, élevage sur lies. Le nez est splendide : floral, fleurs blanches et arôme de poires.
L’attaque est suave avec un beau gras et des arômes de poires. D’une belle longueur ce vin sera idéal sur des poissons en sauce ou sur des volailles. Prix au
domaine 12,15 E
 
Rosé 2006 La bastide neuve-Perle des anges-12,5°
Les cépages utilisés pour cette cuvée sont 50% de grenache, 25% de cinsault, 25% de tibouren. De robe saumon soutenu, cuivrée. Le nez est composé de petits fruits rouges (fraise-groseille) et de bonbon anglais. En bouche on retrouve les mêmes notes. Le tibouren donne une caractéristique particulière de crème caramel.
Ce vin parfait accompagnera parfaitement des rougets grillés ou d’autres poissons grillés. Prix : 9,90 E.
 
Rouge 2000 La bastide neuve-Cuvée d’Antan-13°
Composé des cépages à 80% de syrah et de 20% de Mourvèdre, ce nectar est élevé en boutes pendant 12 mois. De couleur rubis foncé, le nez est de fruits rouges avec des notes d’évolution de sous bois. Sa complexité nous fait découvrir du cassis et surtout de la cerise kirschée. En bouche le caractère gourmand de cette cuvée de 2000 est complétée par de la réglisse et des notes épicées. La finale longue est zan avec de la cerise. Prix de 16,15 euros.
 
Rouge 2004 Le clos des Muraires -14°
Ce vin est 100% Syrah et élevé 12 mois en boutes. De robe noire avec des reflets violets, le nez s’avère complexe avec des fruits rouges cassis, cerise et figue.
En bouche les tanins sont souples et montrent une aptitude à la dégustation immédiate. Les participants apprécient particulièrement la maturité de la syrah souvent plus exigeante en délai d’élevage. La bouche confirme le nez avec, outre les fruits rouges, des notes de pruneaux et de café. Prix : 22 euros
 
Blanc 2006 Le Cos des Muraires – 13°
Ce vin de couleur or blanc est un Rolle 100%. Il est légèrement boisé avec des notes de fleurs blanches. En bouche son beau gras se développe. Un incident de dégustation ne permet pas d’en décrire toutes les qualités, car servi sur des desserts sucrés, qui en masquent les arômes. Prix de 22 euros.
Mais c’est tout l’intérêt de nos dégustations qui se font en direct et sous l’attention d’une nombreuse assistance. 


IMG-2831.JPG

Pour cette dernière dégustation de l'année 2007 l'assistance était nombreuse. Elle a vivement apprécié les charcuteries variées et les nombreux desserts qui accompagnaient le repas. 


Guy Muller 

A l'année prochaine pour de nouvelles découvertes !! 
 
 
Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 23:00
DEGUSTATION
CONFRERIE DE L’ETIQUETTE à Menton
Lundi 26 novembre 2007
Vins Corse & daube de sanglier


Etiquette-26-11-07--8--copie-1.JPG 

Antoine MORDICONI

 
Un grand merci à Antoine Mordiconi pour la qualité des vins qu'il a choisi de nous faire apprécier lors de cette soirée. Il a donné en outre les explications suivantes sur les particularités géologiques et les cépages Corses.

Le CLOS D’ORLEA se situe sur la côte orientale, région d’Aléria, alors marécages et maquis (d’où un terroir d’alluvions sédimentaires), aujourd’hui région viticole. Il est bon de rappeler que jadis, la région d’Aléria était considérée comme le grenier à blé de la Rome antique, les grecs y ayant même cultivé la vigne. Implanter de la vigne dans cette région ne fut qu’un légitime retour aux sources.
 
Le DOMAINE D’ALZIPRATU est implanté dans la zone AOC Calvi, au Nord-est de l’île. Le terroir est à dominantes granitique et schisteuse.
 
Le SCIACCARELLO n’existe qu’en Corse, affectionnant des terroirs granitiques. Il s’épanouit particulièrement en Corse occidentale et donne des vins aristocratiques et souples.
 
Le NIELLUCCIO est le cépage maître à Patrimonio, tout en s’exprimant également en Corse orientale. Il assure aux vins finesse, densité et bouquet.
 
Le VERMENTINO ou MALVOISIE DE CORSE est le cépage blanc Roi sur le pourtour méditerranéen. On le trouve en Provence, en Sardaigne, en Toscane, il est le cépage méditerranéen « qui sent la mer !! »
 


PB261223.JPG
Brigitte Leloup et Elyane Franco


VINS DEGUSTES
 
 
TERRA DI LEA rosé Vin de Pays de l’Ile de Beauté
Cépage nielluccio, parcelle d’AOC déclassée en V.d.P.
Robe rose corail, brillante, limpide, de moyenne intensité
Nez où le végétal et la minéralité dominent, base de bourgeons de cassis
Bouche tendre sur des petits fruits rouges, bonbons acidulés, finale fraîche et propre. 3,5 € H.T.

CLOS D’ORLEA rosé 2006 « Signature d’un Caractère » AOC vin de Corse Aleria François Orsucci
Cépages nielluccio et sciaccarello
Robe pétale de rose aux reflets orangés
Nez sur la groseille soutenu par une belle minéralité
Bouche pleine et grasse, ronde sur une belle finale épicée. Vin équilibré d’une bonne longueur. 7,5 € H.T.


PB261228.JPG
Une assemblée très attentive à l’exposé fait par Antoine MORDICONI
 
 
CLOS D’ORLEA Blanc 2006
100% vermentino 20 hl/ha
Robe jaune paille aux reflets or et verts, étincelante
Nez fumé sur l’amande fraîche, légèrement toasté avec une touche agrumes
Bouche aromatique complexe de fleurs blanches, grasse et ronde, finale longue et fraîche relevée par une note mentholée. 10 € H.T.
 
TERRA DI LEA rouge
100% niellucio
Robe profonde et de belle intensité, grenat aux reflets violets
Nez fruits noirs avec une dominante d’arbouse
Bouche tendre sur des fruits rouges frais, finale plaisante et fraîche. A boire entre 2 et 5 ans. Vin d’un superbe rapport qualité/prix 3 € 50 H.T.
 
CLOS D’ORLEA rouge 2005
100% nielluccio 25 à 30 hl/ha
Robe grenat au disque violet
Nez de fruits noirs, mûre et myrtille
Bouche friande et gourmande de sous-bois. Vin qui dans le temps devrait tendre vers des arômes viandés et giboyeux. A carafer avant de le servir. 10,50 € H.T.
 
DOMAINE ALZIPRATU rouge 2005 cuvée Fiumeseccu AOC Calvi Pierre Acquaviva
100% nielluccio
Robe rubis, étincelante aux reflets violets
Nez de fruits noirs frais, d’épices douces et de poivre gris
Bouche dense et riche, soyeuse sur des fruits noirs kirschés. Finale chaleureuse.
 
Deux vins rouges issus d’un même cépage mais de terroirs et de savoirs faire différents. Deux vins qui expriment la même passion d’un vigneron pour son art. Nous avons dégustés ces deux vins sur une daube de sanglier, délicieuse au demeurant, mariage parfait dans les deux cas.

Brigitte Leloup


PB261225.JPG

Brigitte explique avec un dynamisme contagieux les caractéristiques d'un nectar


Brigitte Leloup est la présidente de l'association des sommeliers d'Europe. 
Elle a géré longtemps avec son époux un hôtel restaurant à Nice "Le Gourmet Lorrain" dont je me rappelle une immense carte des vins et d'excellents alcools. C'était sûrement la plus belle carte des vins aussi au plan de sa présentation sur un lutrin sur lequel reposait un épais livre en parchemin. Habitant à l'époque à Paris, c'était pour moi un vrai plaisir d'aller déjeuner avec des amis, dans cet établissement.  
Par la suite elle a animé avec Monsieur Ballanche des cours d'oenologie au lycée hôtellier de Nice. Elle organise actuellement des cours de dégustation centrés sur l'accord mets-vins, elle organise aussi des visites chez les vignerons, ainsi que des voyages dans d'autres pays européens.

 Guy Muller

PB261229.JPG


Des sourires qui remercient autant la qualité des vins que l'intense activité déployée par nos popotiers 
qui nous ont servi un festin de sanglier digne d'Obélix
Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 23:00
DEGUSTATION du 29 novembre 2007


DSC01535.JPG
 
Cette dégustation a été entièrement consacrée au vin de Champagne. Nous avons apprécié le champagne de la maison Henriot offert par Yann Eon de la maison Bouchard père et fils.
Yann EON s'est présenté avec son parcours trés riche en gastronomie. Il a en effet  travaillé chez PAUL BOCUSE.
Nous avions aussi la joie d'avoir la présence de BRUNO SCAVO président de la sommellerie monégasque ainsi que de Jean Pierre Rous et de Jean Pallanca. Ces sommeliers nous ont commenté les vins dégustés tout au long d’une magnifique soirée. 



DSC01539.JPG
 
La maison Henriot fondée en 1808 a gardé son caractère familial. Elle est dirigée actuellement par Stanislas Henriot.
Ses champagnes haut de gamme sont issus des cépages Pinot noir et Chardonnay.
 
Nous avons apprécié au fil des commentaires des sommeliers présents :
 
La cuvée des Enchanteleurs exprime une belle maturité et l’enchantement tient dans nos papilles. Puisssance et finesse sont en ligne pour cette cuvée d’exception notée 2 étoiles au guide Hachette.
 
Le brut 1998 assemble les mêmes cépages de pinot noir et de chardonnay. Très aromatique avec des notes de pain grillé et de fruits confits, il dénote une très belle maturité. Semble atteindre son zénith au plan gustatif.
 
Le brut souverain est un assemblage à 60% de pinot noir et à 40% de chardonnay. Les champagnes Henriot travaillent à merveille l’assemblage des millésimes. Seule une grande maison peut maintenir dans le temps cette qualité. Son attaque fraîche avec sa tonalité d’agrumes, sa finale légère et longue l’ont désigné comme notre meilleur choix pour son excellent rapport qualité prix.
 
 
 
Elyane Franco
Repost 0
Published by Elyane Franco - dans Dégustations
commenter cet article
14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 17:23

 

DEGUSTATION du 13 octobre 2007

 

Vins de Suisse de la région de Bellinzona

 

C’est à Colombi Luigi que revenait l’entrée en matière de notre dégustation de vins. Rappelons les liens noués entre nos deux confréries à l’occasion de la fête du Merlot de Bellinzona. Nous étions allés à l’époque visiter la ville et apprécier ses divers crus. Nos interlocuteurs d’hier étaient revenus pour approfondir nos connaissances sur le beau travail des vignerons de leur région. Colombi Luigi président de  la section des amis du vin de Bellinzona était accompagné d’Humair Franco secrétaire de la section locale et de Sergio Spinelli.

La Suisse figure au troisième rang mondial pour la consommation de vin avec 40 litres par habitant et par an. L’Italie est située au deuxième rang avec 55 litres, derrière la France toujours en tête avec 58 litres.

 Le vignoble de Bellinzona est entièrement consacré aux vins rouges et blancs. Le rosé ne représente que 2% de la production. Notre soirée de dégustation a tour à tour été animée par les commentaires de nos visiteurs suisses et de nos deux sommelières Laura (sommelière franco italienne) et Nathalie. Philipe Fournery comme à son habitude, avait préparé le débat par une courte introduction présentant sur une carte, l’étendue du vignoble.

 

Dégustation des blancs

 

Due vigne, blanc du tessin de la propriété Giubasco,  2006

De couleur or blanc, cette production est composée à 50/50 de Chardonnay et de Merlot. Le nez est agrume avec de la fleur d’oranger, des notes d’ananas et de poire. En bouche son attaque est fraîche avec des agrumes et de la minéralité. La finale est longue et citronnée. Excellent vin d’apéritif.

 

Il vinao del Dragon. Composé de deux cépages locaux : le Johanniter et le Brenner- 12,5°.

 Il est classé en vin de table mais mérite le détour. Il sera dégusté en deux versions 2005 et 2006. 2005 : de couleur jaune paille, le nez est agrumes,  avec des notes mentholées et abricot sec. En bouche, l’attaque est fraîche d’agrumes, avec des notes miellées de pêche La finale est de belle longueur, citronnée.

Le millésime 2006 a une attaque plus vive et des arômes de pomme verte.

 

Dégustation des rouges

Tre perle de Pedemonte. Merlot -2005 – 12.5°

De couleur rouge grenat. Il déploie au nez des notes foxées, des arômes de cerise et de vanille. En bouche il est sur les fruits et le cacao. Tanins souples. Finale cerise. C’est un vin facile.

 

Merlot del sole – 2004 – 12,8°

Rouge grenat. Il dégage des arômes de baies noires : cassis, myrtille et chocolat. En bouche on découvre sur une base très fruits, de la rondeur et des tanins fins. C’est un vin équilibré.

 

Ca’ Bianca de Monticello, par Boldini SA – 2004 – 12,5°.

 Ce vin de couleur grenat provient de la partie la plus méridionale de la suisse aux confins de l’Italie. Son nez est très agréable de fruits rouges (cerise), de tabac, de cacao et légèrement épicé. La bouche confirme la présence de fruits et de tanins très fins.

 

Terre dei Ricordi – Merlot-  Valentino Castioni, de Bellinzona. 2003- 13,2°

C’est une bouteille qui n’est pas à la vente qui est offerte à la dégustation. Les vins sont élevés en tonneau de 400 litres. Robe rouge grenat. Sur un nez complexe on trouve une base de fruits noirs, de cacao, d’humus. En bouche outre les fruits on découvre une très belle structure tanique. La finale est très longue avec des cerises noires.

 

Bongio – Merlot – 2005 – 13°. De l’école agricole qui possède 6 hectares de vignes dont un hectare attribué au Bogio.

 Rouge grenat. Il déploie des arômes de fruits : myrtilles, mais aussi des arômes d’humus, de champignons et de truffes. En bouche on retrouve les fruits et des tanins souples. Finale longue.

 

Giornico Oro – Merlot – de Gialdi SA. – 2005 - 12,8°.

Rouge grenat. Les arômes donnent à ce vin une identité sudiste, avec de l’exotsme et de la chaleur. Chocolat, humus, vanille sont au rendez-vous. La bouche confirme un très grand vin, bien structuré. Il peut s’améliorer en attendant deux ou trois ans. Sa finale est de belle longueur. Très apprécié des articipants.

 

Riserva di Carmagnola. Merlot d’Abede. 2003 – 12,5°

Rouge grenat. Le nez offre des indices d’évolution, nous trouvons du clou de girofle et du géranium. En bouche c’est un vin capiteux, avec des tanins souples. Les fruits sont à leur apogée car en 2003 la chaleur a augmenté la maturation. C’est un vin complexe et de garde. La finale est exceptionnelle de longueur.

En conclusion, les prix sont abordables pour des vins qui se situent tous autour de 8 euros. Les deux derniers sont exceptionnels et coûtent à l’amateur 17 et 19 euros. Pour le meilleur rapport qualité prix nous décernons la médaille au Ca’Bianca à 8 euros, très représentatif de la production Merlot.

 

 

 

 

Avec neuf crus différents dégustés et appréciés, nos amis Suisses avaient vraiment mis le paquet, sur le plan de la qualité. L’ambiance était très festive ce soir là et la soirée se terminait avec un tour de table de belles histoires.

Certains membres de la Confrérie avaient cru bon de rester chez eux pour suivre le match de rugby du quart de finale de la coupe du monde. Alors que nous avions effectué une véritable dégustation d’anthologie nous avons pensé à eux qui avaient perdu leur temps devant une télévision qui leur assénait le coup de bambou d’une cuisante défaite. Qu’il est difficile de courir deux lièvres à la fois ! Ils étaient doublement punis d’avoir déserté notre compagnie pour rater leur soirée alors que nos papilles étaient captivées par le magnifique Merlot suisse. Une fois de plus la désertion n'a pas payé !!

Notre présidente et notre conteur-secrétaire général à l'oeuvre

 

 

Guy Muller texte et crédits photos

 

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 14:14

 

DEGUSTATION du 24 septembre 2007

 

Vins de Chablis

 

C’est à Philippe Fournery que revenait l’entrée en matière de notre dégustation de rentrée. Selon un schéma devenu habituel, il présentait la géographie de la Bourgogne, qui recouvre 4 départements. Puis il décrivait le vignoble chablisien qui produit les vins blancs les plus élégants et les plus fins du monde. Au fil de la dégustation il devait ensuite animer les commentaires de dégustation avec son compère Jean-Pierre Rous. 

En présence de nombreux membres de la confrérie (37) un repas offrait la possibilité d’apprécier les crus sélectionnés. La Présidente était heureuse de voir notre salle des libations pleine à craquer par les amateurs anciens et nouveaux  venus ce jour. Elle devait progressivement se changer en fée « clochette » pour rappeler à l’ordre quelques dissidents de moins en moins attentifs aux propos des présentateurs.  

 

 

La dégustation a permis d’apprécier les quatre AOC du chablisien : Petit  Chablis, Chablis, Chablis premier cru et Chablis Grand Cru. Ces vins ont été aimablement offerts par Guy Morossof et Antoine Mordiconi. 

 

Petit Chablis de la Chablisienne, Cuvée Prélude de 2006.

De couleur or blanc, le prélude mérite son nom car ses arômes  et son attaque vive en font un vin d’apéritif. La concentration d’agrumes citronnés, sa minéralité en font un excellent premier prix.

Chablis, de la Chablisienne, cuvée Prélude de 2005. Ses caractéristiques sont identiques à celles du Petit Chablis. Il faut y ajouter plus de gras, plus de sucrosité avec une finale plus longue.

Chablis de la Chablisienne, 1er cru L’homme Mort de 2005, rattaché à l’appellation Fourchaume. De couleur or blanc avec des reflets verts. Nous humons des arômes d’infusion, camomille, tilleul. L’attaque est vive et fraîche largement dominée par les agrumes (pamplemousse). En milieu de bouche nous distinguons un beau gras et une minéralité parfaite. Il y a tout de même un défaut à cette cuvée : elle est servie trop tôt et les arômes miellés ne se sont guère développés. Un beau vin à attendre et qui accompagnera les huîtres et poissons. Les Chablis avec des notes d’amande, de noix, noisette se marient bien avec les fruits de mer.  

Chablis Grand Cru Grenouille – Château Grenouille -2001. De couleur or, cette bouteille a de quoi faire parler l’amateur. Nez fin, frais et floral sur des tonalités de chèvrefeuille et d’acacia. En bouche, le gras tapisse le palais et déploie de la vanille, des amandes douces. Les arômes miellés sont bien présents. Enfin la longueur en fin de bouche est étonnante. La bouche continue a être embaumée par les notes d’agrumes et de miel. Ce vin a été élevé en fût dont le bois est bien absorbé. C’est aussi un vin de longue garde qui peut vieillir sur 10 à 15 ans. Ce vin accompagnera dignement langouste et homard.

Pendant le repas un Petit Chablis et un Chablis servaient d’accompagnement. Ils avaient toutes les caractéristiques de l’appellation. Mais victimes du bruit et des mastications, ils étaient vivement appréciés sans paroles, y compris pendant le dessert. Le repas était constitué de petits farcis en entrée, de lasagne aux fruits de mer et d’une tarte aux pommes onctueuse.

 

 

 

La souffrance du Chablis

Tous les œnologues disent que la vigne doit souffrir pour produire de la qualité.

C’est avec un cépage Chardonnay que le Chablis a conquis le monde avec  l'exportation de ses meilleurs crus. Mais le Chablis est fragile à cause de sa position géographique qui est la plus septentrionale de nos crus. Il en résulte une fragilité aux conditions climatiques qui ont causé d’énormes dégâts en 1957 et 1961. Cette année des chutes de grêles ont endommagé les domaines diminuant le potentiel des vendanges de 20 à 25%. La caractéristique essentielle du vin de Chablis est la dureté des conditions climatiques l’hiver avec des étés chauds. La rigueur du climat est toutefois atténuée par le passage du Serein qui serpente entre les coteaux.

La caractéristique essentielle du Chablis est le sol composé de calcaire kimmeridgien qui lui donne ses caractéristiques minérales. Ce sont des entassements de coquillages fossiles enfouis sur plusieurs mètres qui caractérisent les premiers et grands crus. Encore faut-il que la production soit régulée pour produire des vins avec la finesse et la concentration nécessaire. D’où l’importance des vendanges vertes qui réduiront la productivité naturelle du Chardonnay. La vendange verte s’effectue en détruisant une partie des grappes présentes sur un cep de vigne. Les grappes qui restent peuvent alors se développer au mieux. Ce cépage est en effet le plus productif de tous et peut donner jusqu’à 100 hectolitres à l’hectare. Mais la qualité optimale est obtenue entre 35 et 45 hectolitres/hectare. Cette année les conditions climatiques ont engendré des risques de pourriture dans toutes les régions et l’on a dû traiter les vignes. Enfin le Chablis au contraire d’autres blancs qui se boivent rapidement a besoin pour ses premiers et grands crus de 4 à 5 années pour développer ses arômes de miel d’acacia qui permettent de le reconnaître entre tous. Aussi si vous allez aux Etats-Unis, ne buvez surtout pas les Chablis locaux qui sont servis en guise d’apéritif, et qui usurpent la qualité du véritable Chablis.

 

Guy Muller 

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 16:05

 

DEGUSTATION du 21 mai 2007 sur le thème des vins de Provence

 

C’est en présence de nouveaux membres que la dernière dégustation s’est déroulée dans une ambiance amicale et studieuse. En effet deux vins mystère ont été soumis à la sagacité des convives.

Les débats sont animés !

 

 

Il s’agissait tout d’abord d’un Sancerre blanc 2006 de Neveu qui présente sa production tous les ans à Cagnes sur Mer. De robe or blanc, le cépage Sauvignon était découvert au plan olfactif par plusieurs membres ce qui les guidait vers la solution d’un Sancerre. En effet l’attaque en bouche était vive, marquée par les agrumes. Avec une touche de pierre à fusil le tour était joué pour des amateurs.

 

Le deuxième vin mystère était une production de la Confrérie, à savoir L’Annonciade rouge 2005. De robe rouge rubis, les nombreux arômes présents étaient confirmés en bouche par les particularismes locaux. Le vin de l’Annonciade rassemble de nombreux cépages : Grenache, Syrah, Cabernet-Sauvignon, Maluverne (cépage local mentonnais).

De ce fait il est aisément repérable ce qui a été le cas de plusieurs participants. Monsieur Botasso l’a qualifié de vin voyou, sachant qu’il est trié par les femmes de la Confrérie, nous lui laissons la responsabilité de ses propos !

 Il faut féliciter les progrès accomplis au fil des dégustations par plusieurs de nos membres. La force de notre confrérie tient dans sa capacité à permettre l’appréciation de 5 à 6 flacons par tenue. La présence de sommeliers ou de connaisseurs avec leurs opinions, orientent les débats, favorisant une progression dans la connaissance des cépages et des régions viticoles.

 Si tu en veux une, je n'attendrai pas la récréation !

 

Les autres vins dégustés ont été :

 Domaine des Planes, rosé, 2006. Composé des cépages Mourvèdre et Tibouren.

 De robe saumonée tirant vers le rosé, nous avons noté des arômes de belles baies rouges, avec des notes d’amande. L’attaque était vive et fraîche, avec des agrumes (pomelos). Les tanins sont présents et soutiennent bien les arômes de grenadine. La finale de belle longueur est un acidulé du type des bonbons anglais.

 Ce vin sera un parfait accompagnement de repas gastronomique sur rougets ou anchoïade.

 

Jas d’Esclans. Cuvée du Loup blanc 2006.

 De robe or blanc. Nous notons des arômes floraux avec une tonalité de poire.

En bouche l’attaque est  très fraîche, les agrumes sont en pleine activité, et submergent la soif. Nous sommes en présence d’un vin d’apéritif parfait pour ouvrir l’appétit.

 

Jas d’Esclans. Blanc 2005.

De robe or blanc, les arômes vanillés sont immédiatement perceptibles, avec des notes d’agrumes. En bouche le constat olfactif est confirmé, mais le boisage de 12 mois atténue les arômes.

 

Vin boisé, vin masqué

 C’était l’occasion de lancer un débat sur l’utilité ou pas de mettre les blancs en fût. Car si la mise en tonneau des rouges est largement acceptée, il n’en est pas de même en matière de rosés ou de blancs. L’emploi de fûts neufs doit être proscrite, faut-il mettre toute la production en tonneau ou une partie seulement, pour quelle durée ? Un œnologue réputé s’est fait le maître du jus de planches, Monsieur Parker a ainsi obligé nombre de viticulteurs à sortir des cuvées spéciales pour les palais américains. Par l’intermédiaire de revues il a largement contribué à faire boiser toute production, alors que certains vins rouges y perdent leur fraîcheur et leurs arômes de fruits. Au bout de la parkérisation, on trouve la nécessité de doper toute vendange y compris avec des copeaux de bois (pratique acceptée récemment en France). Or une autre école préconise le maintien de l’authenticité des vins. Le bois masque souvent les défauts et permet de sauver une production !

 

 

 

Jas d’Esclans. Cuvée du Loup, rouge, 2003.

 Cette bouteille a été très appréciée car jugée très représentative du Domaine d’Esclans, avec la maturité en plus. De robe rubis, des effluves de mûres, cassis, cerise sont décelés, avec de la vanille. La bouche confirme la présence de baies rouges de belle maturité. Les arômes secondaires ne sont pas encore très présents, ce qui témoigne d’une aptitude à la garde de plusieurs années. Il a été apprécié pendant le repas sur un jambonneau de porc et sur les fromages.

 

Les agapes se sont terminées avec une tarte aux poires accompagnée d’un Muscat Moderato du Domaine de Casabianca en Corse. Ce muscat est très apprécié car il n’est pas dopé en degré (11°), comme certains muscats d’autres régions. Il est dominé bien sûr par la prégnance muscatée reconnaissable dans tous les muscats. Mais sa touche « écorce d’orange » le distingue de ses nombreux autres confrères.

 

Notre Secrétaire Général concluait la cérémonie avec ses histoires traditionnelles. Il n’entonnait pas l’hymne de notre Confrérie, pour ne pas effrayer les nouveaux venus, du moins tant que leurs cotisations ne sont pas encaissées !

Notre présidente qui avait arbitré les débats à l’aide d’une clochette, levait alors la séance en rappelant la date de notre prochaine mobilisation. La fête du Pian se déroule le 24 juin et devrait marquer l’intronisation de nouveaux venus dans notre Confrérie.

 

 

Guy Muller

 

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 16:18

 

DEGUSTATION du 30 avril 2007 sur le thème des vins de Provence

 

Notre ami ANTOINE MORDICONI qui représentait plusieurs domaines de la région a essayé de nous faire partager sa passion pour quelques grandes propriétés. Il était accompagné de son frère Emmanuel  et de son collaborateur Hervé SALVANIER

Au menu de notre dégustation ce n’est pas moins de 9 vins qui furent soumis à l’appréciation de tous les convives.

 

Pour les rosés :

-  CAPRICE VALENTINE-2005

-  LES VALENTINES-2006

-  CHATEAU LA CALISSE DE PATRICIA ORTELLI 2006

-  FONT DU BROC 2006

Pour les blancs :

-  CHATEAU VALENTINES 2006

-  D ALZIPRATU CORSE 2006

-  FONT DU BROC 2006

Pour les rouges :

FONT DU BROC ROUGE 2004

Un MOSCATO d'ASTI terminait les festivités avec le dessert.

Cette dégustation s’est déroulée dans une superbe ambiance accompagnée des commentaires avisés de Jean Pierre ROUS, ainsi que de ceux de Luc SAUVANIER, Sommelier du PORT PALACE à MONACO.

Les vins étaient accompagnés  d’une délicieuse blanquette de veau concoctée par nos amis COLETTE ET FRANCIS

 La soirée s’est terminée sur un magnifique chant corse interprété par ANTOINE MORDICONI.

 

Elyane Franco

 

Repost 0
Published by E. Franco - dans Dégustations
commenter cet article

Prochain rendez-vous

 

A VOS AGENDAS

 

PROCHAINE DEGUSTATION

LE 28 AVRIL

 

SORTIE A NIMES LES 16/17 MAI