Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 14:14

 

DEGUSTATION du 24 septembre 2007

 

Vins de Chablis

 

C’est à Philippe Fournery que revenait l’entrée en matière de notre dégustation de rentrée. Selon un schéma devenu habituel, il présentait la géographie de la Bourgogne, qui recouvre 4 départements. Puis il décrivait le vignoble chablisien qui produit les vins blancs les plus élégants et les plus fins du monde. Au fil de la dégustation il devait ensuite animer les commentaires de dégustation avec son compère Jean-Pierre Rous. 

En présence de nombreux membres de la confrérie (37) un repas offrait la possibilité d’apprécier les crus sélectionnés. La Présidente était heureuse de voir notre salle des libations pleine à craquer par les amateurs anciens et nouveaux  venus ce jour. Elle devait progressivement se changer en fée « clochette » pour rappeler à l’ordre quelques dissidents de moins en moins attentifs aux propos des présentateurs.  

 

 

La dégustation a permis d’apprécier les quatre AOC du chablisien : Petit  Chablis, Chablis, Chablis premier cru et Chablis Grand Cru. Ces vins ont été aimablement offerts par Guy Morossof et Antoine Mordiconi. 

 

Petit Chablis de la Chablisienne, Cuvée Prélude de 2006.

De couleur or blanc, le prélude mérite son nom car ses arômes  et son attaque vive en font un vin d’apéritif. La concentration d’agrumes citronnés, sa minéralité en font un excellent premier prix.

Chablis, de la Chablisienne, cuvée Prélude de 2005. Ses caractéristiques sont identiques à celles du Petit Chablis. Il faut y ajouter plus de gras, plus de sucrosité avec une finale plus longue.

Chablis de la Chablisienne, 1er cru L’homme Mort de 2005, rattaché à l’appellation Fourchaume. De couleur or blanc avec des reflets verts. Nous humons des arômes d’infusion, camomille, tilleul. L’attaque est vive et fraîche largement dominée par les agrumes (pamplemousse). En milieu de bouche nous distinguons un beau gras et une minéralité parfaite. Il y a tout de même un défaut à cette cuvée : elle est servie trop tôt et les arômes miellés ne se sont guère développés. Un beau vin à attendre et qui accompagnera les huîtres et poissons. Les Chablis avec des notes d’amande, de noix, noisette se marient bien avec les fruits de mer.  

Chablis Grand Cru Grenouille – Château Grenouille -2001. De couleur or, cette bouteille a de quoi faire parler l’amateur. Nez fin, frais et floral sur des tonalités de chèvrefeuille et d’acacia. En bouche, le gras tapisse le palais et déploie de la vanille, des amandes douces. Les arômes miellés sont bien présents. Enfin la longueur en fin de bouche est étonnante. La bouche continue a être embaumée par les notes d’agrumes et de miel. Ce vin a été élevé en fût dont le bois est bien absorbé. C’est aussi un vin de longue garde qui peut vieillir sur 10 à 15 ans. Ce vin accompagnera dignement langouste et homard.

Pendant le repas un Petit Chablis et un Chablis servaient d’accompagnement. Ils avaient toutes les caractéristiques de l’appellation. Mais victimes du bruit et des mastications, ils étaient vivement appréciés sans paroles, y compris pendant le dessert. Le repas était constitué de petits farcis en entrée, de lasagne aux fruits de mer et d’une tarte aux pommes onctueuse.

 

 

 

La souffrance du Chablis

Tous les œnologues disent que la vigne doit souffrir pour produire de la qualité.

C’est avec un cépage Chardonnay que le Chablis a conquis le monde avec  l'exportation de ses meilleurs crus. Mais le Chablis est fragile à cause de sa position géographique qui est la plus septentrionale de nos crus. Il en résulte une fragilité aux conditions climatiques qui ont causé d’énormes dégâts en 1957 et 1961. Cette année des chutes de grêles ont endommagé les domaines diminuant le potentiel des vendanges de 20 à 25%. La caractéristique essentielle du vin de Chablis est la dureté des conditions climatiques l’hiver avec des étés chauds. La rigueur du climat est toutefois atténuée par le passage du Serein qui serpente entre les coteaux.

La caractéristique essentielle du Chablis est le sol composé de calcaire kimmeridgien qui lui donne ses caractéristiques minérales. Ce sont des entassements de coquillages fossiles enfouis sur plusieurs mètres qui caractérisent les premiers et grands crus. Encore faut-il que la production soit régulée pour produire des vins avec la finesse et la concentration nécessaire. D’où l’importance des vendanges vertes qui réduiront la productivité naturelle du Chardonnay. La vendange verte s’effectue en détruisant une partie des grappes présentes sur un cep de vigne. Les grappes qui restent peuvent alors se développer au mieux. Ce cépage est en effet le plus productif de tous et peut donner jusqu’à 100 hectolitres à l’hectare. Mais la qualité optimale est obtenue entre 35 et 45 hectolitres/hectare. Cette année les conditions climatiques ont engendré des risques de pourriture dans toutes les régions et l’on a dû traiter les vignes. Enfin le Chablis au contraire d’autres blancs qui se boivent rapidement a besoin pour ses premiers et grands crus de 4 à 5 années pour développer ses arômes de miel d’acacia qui permettent de le reconnaître entre tous. Aussi si vous allez aux Etats-Unis, ne buvez surtout pas les Chablis locaux qui sont servis en guise d’apéritif, et qui usurpent la qualité du véritable Chablis.

 

Guy Muller 

Partager cet article

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article

commentaires

Prochain rendez-vous

 

A VOS AGENDAS

 

PROCHAINE DEGUSTATION

LE 28 AVRIL

 

SORTIE A NIMES LES 16/17 MAI