Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 16:05

 

DEGUSTATION du 21 mai 2007 sur le thème des vins de Provence

 

C’est en présence de nouveaux membres que la dernière dégustation s’est déroulée dans une ambiance amicale et studieuse. En effet deux vins mystère ont été soumis à la sagacité des convives.

Les débats sont animés !

 

 

Il s’agissait tout d’abord d’un Sancerre blanc 2006 de Neveu qui présente sa production tous les ans à Cagnes sur Mer. De robe or blanc, le cépage Sauvignon était découvert au plan olfactif par plusieurs membres ce qui les guidait vers la solution d’un Sancerre. En effet l’attaque en bouche était vive, marquée par les agrumes. Avec une touche de pierre à fusil le tour était joué pour des amateurs.

 

Le deuxième vin mystère était une production de la Confrérie, à savoir L’Annonciade rouge 2005. De robe rouge rubis, les nombreux arômes présents étaient confirmés en bouche par les particularismes locaux. Le vin de l’Annonciade rassemble de nombreux cépages : Grenache, Syrah, Cabernet-Sauvignon, Maluverne (cépage local mentonnais).

De ce fait il est aisément repérable ce qui a été le cas de plusieurs participants. Monsieur Botasso l’a qualifié de vin voyou, sachant qu’il est trié par les femmes de la Confrérie, nous lui laissons la responsabilité de ses propos !

 Il faut féliciter les progrès accomplis au fil des dégustations par plusieurs de nos membres. La force de notre confrérie tient dans sa capacité à permettre l’appréciation de 5 à 6 flacons par tenue. La présence de sommeliers ou de connaisseurs avec leurs opinions, orientent les débats, favorisant une progression dans la connaissance des cépages et des régions viticoles.

 Si tu en veux une, je n'attendrai pas la récréation !

 

Les autres vins dégustés ont été :

 Domaine des Planes, rosé, 2006. Composé des cépages Mourvèdre et Tibouren.

 De robe saumonée tirant vers le rosé, nous avons noté des arômes de belles baies rouges, avec des notes d’amande. L’attaque était vive et fraîche, avec des agrumes (pomelos). Les tanins sont présents et soutiennent bien les arômes de grenadine. La finale de belle longueur est un acidulé du type des bonbons anglais.

 Ce vin sera un parfait accompagnement de repas gastronomique sur rougets ou anchoïade.

 

Jas d’Esclans. Cuvée du Loup blanc 2006.

 De robe or blanc. Nous notons des arômes floraux avec une tonalité de poire.

En bouche l’attaque est  très fraîche, les agrumes sont en pleine activité, et submergent la soif. Nous sommes en présence d’un vin d’apéritif parfait pour ouvrir l’appétit.

 

Jas d’Esclans. Blanc 2005.

De robe or blanc, les arômes vanillés sont immédiatement perceptibles, avec des notes d’agrumes. En bouche le constat olfactif est confirmé, mais le boisage de 12 mois atténue les arômes.

 

Vin boisé, vin masqué

 C’était l’occasion de lancer un débat sur l’utilité ou pas de mettre les blancs en fût. Car si la mise en tonneau des rouges est largement acceptée, il n’en est pas de même en matière de rosés ou de blancs. L’emploi de fûts neufs doit être proscrite, faut-il mettre toute la production en tonneau ou une partie seulement, pour quelle durée ? Un œnologue réputé s’est fait le maître du jus de planches, Monsieur Parker a ainsi obligé nombre de viticulteurs à sortir des cuvées spéciales pour les palais américains. Par l’intermédiaire de revues il a largement contribué à faire boiser toute production, alors que certains vins rouges y perdent leur fraîcheur et leurs arômes de fruits. Au bout de la parkérisation, on trouve la nécessité de doper toute vendange y compris avec des copeaux de bois (pratique acceptée récemment en France). Or une autre école préconise le maintien de l’authenticité des vins. Le bois masque souvent les défauts et permet de sauver une production !

 

 

 

Jas d’Esclans. Cuvée du Loup, rouge, 2003.

 Cette bouteille a été très appréciée car jugée très représentative du Domaine d’Esclans, avec la maturité en plus. De robe rubis, des effluves de mûres, cassis, cerise sont décelés, avec de la vanille. La bouche confirme la présence de baies rouges de belle maturité. Les arômes secondaires ne sont pas encore très présents, ce qui témoigne d’une aptitude à la garde de plusieurs années. Il a été apprécié pendant le repas sur un jambonneau de porc et sur les fromages.

 

Les agapes se sont terminées avec une tarte aux poires accompagnée d’un Muscat Moderato du Domaine de Casabianca en Corse. Ce muscat est très apprécié car il n’est pas dopé en degré (11°), comme certains muscats d’autres régions. Il est dominé bien sûr par la prégnance muscatée reconnaissable dans tous les muscats. Mais sa touche « écorce d’orange » le distingue de ses nombreux autres confrères.

 

Notre Secrétaire Général concluait la cérémonie avec ses histoires traditionnelles. Il n’entonnait pas l’hymne de notre Confrérie, pour ne pas effrayer les nouveaux venus, du moins tant que leurs cotisations ne sont pas encaissées !

Notre présidente qui avait arbitré les débats à l’aide d’une clochette, levait alors la séance en rappelant la date de notre prochaine mobilisation. La fête du Pian se déroule le 24 juin et devrait marquer l’intronisation de nouveaux venus dans notre Confrérie.

 

 

Guy Muller

 

Partager cet article

Repost 0
Published by G. Muller - dans Dégustations
commenter cet article

commentaires

Prochain rendez-vous

 

A VOS AGENDAS

 

PROCHAINE DEGUSTATION

LE 28 AVRIL

 

SORTIE A NIMES LES 16/17 MAI